LE PAYS JADIS CHANCEUX

Peu d’endroits sur la planète conviennent mieux à la prospérité de la classe moyenne que l’Australie. Dès le début de son histoire, quand il était un refuge pour les condamnés britanniques, ce vaste pays riche en ressources a fourni un environnement idéal pour la mobilité ascendante, des ranchs pionniers du XIXe siècle aux banlieues bourgeoises de la fin du vingtième siècle. Le journaliste Donald Horne a décrit l’Australie en 1964 comme «un pays chanceux dirigé principalement par des gens de second rang partageant sa chance».

Au cours de la dernière décennie, cependant, la chance de l’Australie a changé, le pays développant de nombreuses pathologies de sociétés surpeuplées et socialement divisées comme le Royaume-Uni ou les États-Unis. Bien qu’elle soit fortement dépendante des ventes de ressources en Chine – principalement du charbon, du gaz, du pétrole et du minerai de fer -, l’Australie a adopté une politique intérieure verte associée davantage aux libéraux de Manhattan ou aux oligarques de la Silicon Valley que l’Australien sans prétention, souvent dépendant d’industries basées sur les ressources . Le résultat: un renversement spectaculaire de l’élévation de la classe moyenne qui a si longtemps défini la société australienne.

En Australie, selon l’OCDE , la part des ménages considérés comme appartenant à la classe moyenne, c’est-à-dire gagnant entre le quart et le double du revenu moyen, a diminué de plus d’un point de pourcentage par décennie depuis les années 1980. La taille de la classe moyenne du pays est maintenant inférieure à la moyenne des pays de l’OCDE, et la génération Y de la classe moyenne de l’Australie est plus susceptible de sombrer dans la pauvreté que celle de tous les autres pays avancés, à l’exception de la Grèce et de la Lettonie.

Historiquement, le parti travailliste australien, comme son homologue britannique, était un parti de la classe ouvrière. Après la Seconde Guerre mondiale, le Premier ministre John Curtin a contribué à faire adopter des réformes – y compris un soutien financier aux propriétaires-occupants – qui ont accéléré la prospérité de la classe moyenne. Son approche a ensuite été adoptée et renforcée par son rival libéral (au sens classique), Robert Menzies, qui a reconnu la famille comme «la pierre angulaire de la vie australienne».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *